Dématérialisation, échange de services, économie collaborative… Le web et les services qu’il propose sont-ils écologiques ? Internet est-il une solution à la crise écologique mondiale ? Quel lien entre web et écologie ? Vaste question. Et comme toujours avec ce type d’interrogations, la réponse n’est pas manichéenne. Certes, internet apporte des innovations bénéfiques pour l’environnement mais les Technologies de l’Information et de la Communication ont également un impact non-négligeable sur la planète. L’explosion d’internet représenta-elle une menace environnementale ou au contraire, un nouveau mode de vie plus éco-responsable ?

L’impact grandissant d’internet sur l’environnement

La démocratisation du web.

3,2 milliards de personnes ont accès à internet à travers le monde (1/3 d’entre elles sont inscrites sur Facebook). Chaque jour, 1,5 milliard de personnes se connectent. Chaque année, ce chiffre augment de 10%. En 2020, on comptera 5 milliards d’individus connectés. En 2035, on estime que 90% de la population mondiale aura accès au web. De plus en plus d’internautes, de plus en plus d’appareils, de plus en plus de données… ce qui représente une énorme quantité de matériel et d’énergie. De plus, les appareils se multiplient : ordinateurs, tablettes, smartphones, liseuses, smartwatch, objets connectés… Avec une évolution très rapide des technologies, les appareils sont de plus en plus rapidement obsolètes et deviennent des déchets électroniques.

Fonctionnement du net : principales sources de pollution.

Extraction des matériaux nécessaires.

Fabrication du matériel informatique.

Transport du matériel informatique.

Recyclage du matériel informatique.

Alimentation électrique des appareils informatiques.

Alimentation des serveurs.

Climatisation des serveurs (nécessaire à leur fonctionnement).

Pose des câbles internet.

Consommation de produits dangereux.

Exploitation des énergies fossiles.

Utilisation de grandes quantités d’eau.

Production de gaz à effet de serre.

Web et écologie : quelques chiffres.

Une recherche Google = 20 mg de CO2

Les recherches Google mondiales = 7 tonnes de CO2 par jour.

Un mail = 4g de CO2

Internet = 200 kg de CO2 par utilisatuer et par an.

Les Technologie de l’Information et de la Communication = 2 à 3% des émissions mondiales de CO2. 

Qui produit des gaz à effets de serre ?

47% des GES (Gaz à effet de serre) sont produits par les internautes.

28% des GEF sont produits par le réseau.

25% des GEF sont produits par les Data-Centers.

En tant qu’internaute, vous avez une part de responsabilité dans l’impact écologique du Web. Pour limiter la pollution liée à l’utilisation d’internet, pratiquez le Green Computing et recyclez votre matériel informatique.

Le matériel informatique : une source de pollution.

Les ordinateurs, tablettes, smartphones et serveurs constituent un matériel gourmand en matériaux rares et en ressources. Le matériel informatique est donc très polluant, tant dans sa construction, son utilisation, que son recyclage.

Dans les pays où l’on fabrique les équipements informatiques, on déplore des problèmes de pollution des sols aux phtalates, aux solvants et aux métaux lourds. L’extraction des matières premières comme les métaux nécessaires à la fabrication des composants électroniques, est très coûteuse en eau et en énergie. Les techniques d’extractions de ces matériaux sont très polluantes.

Votre ordinateur à la loupe.

400 matériaux nécessaires à la construction d’un ordinateur dont certains sont rares, coûteux ou toxiques

  • silicium
  • or
  • argent
  • palladium
  • plomb
  • cadmium
  • mercure
  • lithium
  • aluminium

180 étapes nécessaires à la fabrication d’un composant électronique. 

La construction d’un ordinateur nécessite deux tonnes de ressources naturelles dont :

  • 240 kg de combustibles
  • 22kg de produits chimiques.
  • 1,5 tonnes d’eau.

Entretenir et recycler son matériel informatique.

Avec la démocratisation de l’informatique, la multiplication des équipements et l’obsolescence programmée, il y a de plus en plus de déchets électroniques, et la question de leur recyclage devient de plus en plus urgente.

Ainsi, entretenir correctement son matériel informatique permet d’augmenter sa durée de vie, et donc, de réduire son impact écologique. Plus vous prenez soin de votre ordinateur, plus vous réduisez son effet néfaste sur l’environnement. Entretenez votre matériel informatique tant sur le plan physique (dépoussiérage, remplacement de matériel) que sur le plan logiciel (nettoyage, défragmentation, protection anti-virus, sauvegarde de données). Les experts iakaa peuvent vous aider à entretenir votre ordinateur afin que vous le gardiez le plus longtemps possible. Si vous voulez néanmoins changer d’ordinateur, ne jetez pas l’ancien, faites-en don à une association par exemple, ou recyclez-le afin que les matières qu’il contient soient réutilisées ou traitées correctement.

Grandes entreprises du web et écologie.

Conscientes des conséquences sur l’environnement de leurs activités, les grandes firmes du web ont décidé d’agir en faveur de la planète. Greenpeace établit d’ailleurs un classement des entreprises high-tech les plus écologiques.

Pourcentage d’énergies renouvelables dans la consommation des grandes entreprises du web.

Apple : 100%

Yahoo : 73%

Google : 46%

Facebook : 49 %

Amazon : 23%

Apple : le bon élève de l’écologie.

L’entreprise informatique la plus adepte du greenwashing est Apple, qui a rapidement décidé de s’acheter une bonne conduite écologique. La marque à la pomme investi massivement dans la protection des forêts. La firme dispose même d’un data-center alimenté par hydroélectricité dans l’Oregon, d’une centrale photo-voltaïque en Chine pour alimenter bureau et magasins. Apple se fait un plaisir de communiquer ses bonnes actions sur son site internet, mettant en avant son respect des normes écologiques et la baisse de ses émissions de CO2.

100% des Data-Centers Apple sont alimentés grâce aux énergies renouvelables. Certains produits dangereux sont exclus de la fabrications des produits estampillés d’une pomme croquée. Depuis 2008, la consommation en énergie des produits Apple à baissé de 57%.

Mais si Apple se vante de son bilan exemplaire, la firme occulte le comportement de ses fournisseurs, sous-traitants et autres prestataires qui ne sont pas aussi engagés dans l’écologie et qui ont, souvent, des activités très polluantes.

Google : de plus en plus d’initiatives pour l’environnement.

Le géants Google, après s’être fait épinglé par Greenpeace, a revu sa copie et montre des progrès impressionnant en matière de lien entre web et écologie tant et si bien qu’il est désormais numéro un du classement.  Tout d’abord, Google investi massivement dans les énergies renouvelables. Les bâtiments Google sont recouverts de panneaux solaires et l’objectif affiché de la firme est d’atteindre la neutralité en matière d’émission carbone. Sur son campus, Google encourage ses employés à avoir un comportement éco-responsable en mettant par exemple à disposition des voitures électriques et des vélos.

Et les initiatives payent puisque Google a réduit sa facture d’électricité de plus d’un milliards de dollars. Les data-centers sont refroidis à l’eau de mer et le géant se tourne désormais vers les énergies renouvelables pour assurer son fonctionnement.

Internet : l’avènement d’un nouveau mode de vie.

Les atouts d’internet dans le développement durable.

L’expansion d’internet et la numérisation de contenus  a donné lieu à un vaste mouvement de dématérialisation. Vidéo, musique, films et documents sont accessibles en un clic et s’échangent à travers la planète, faisant économie des supports physiques (comme le Cd ou le DVD par exemple) et de leur transport. En changeant notre mode de vie, d’un certain point de vue, internet permet d’économiser certaines ressources matérielles (démarches administratives en ligne) et de limiter ses déplacements (télétravail, visioconférences, dépannage informatique à distance). Internet a un rôle à jouer dans le développement durable qui ne concerne pas seulement l‘écologie mais également un aspect social et économique. Le web a permis de développer des services comme le co-voiturage, le partage de biens, la liberté d’expression, l’échange de connaissances…

Des innovations plus respectueuses de l’environnement.

Autre point positif, le fonctionnement des ordinateurs est de plus en plus vert. En effet, ils nécessitent de moins en moins d’énergie pour fonctionner. Mais, les logiciels et les systèmes d’exploitation sont de plus en plus puissants et nécessitent toujours plus de ressources et d’énergie.Les créateurs de logiciels et de matériels, conscient des enjeux environnementaux, conçoivent désormais des innovations qui se doivent d’être pertinentes sur les plans techniques, sociaux, économiques et… écologique. Il en va de l’avenir de la planète. Mais soyons technoptimistes, les innovations technologiques sont certainement l’avenir de l’homme et constitueront un moyen de résoudre les problèmes écologiques. Web et écologie vont peut-être de paire tous comptes faits…

À propos de Iakaa

Mascotte
N°1 de l’assistance informatique à distance. Lenteur, virus, spams … ? Iakaa vous assiste immédiatement et à distance !
N'attendez plus le déplacement d'un technicien, avec Iakaa c'est maintenant et sans effort.
Besoin d'une assistance informatique ?
Ayez le réflexe Iakaa !

Demander une assistance
Partager sur

Partagez cet article !

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le avec vos amis !