« Traîner sur Youtube » est une activité en soi. Que dis-je ? Un art. Se laisser guider de vidéos en vidéos par un maillage de liens aussi pertinent que farfelu. Vidéos de chat rigolos, snowboarders de l’extrême, insolite publicité japonaise, dernière vidéo du Youtuber à la mode, une baleine, du slowmotion, un type qui tombe dans les escaliers et un clip des Beatles pour faire bonne mesure. Spirale infernale. Youtube est le lieu de l’amateurisme, du buzz, du WTF mais pas seulement. A l’occasion des 10 ans de la plateforme, revenons sur ce site qui a changé notre manière de consommer, de regarder, de nous instruire et de nous divertir.

Youtube en quelques chiffres :

1 milliard d’utilisateurs par mois. Avec une parité hommes/femmes presque parfaite.

4 milliards de vues par jour dont 25% sur mobile.

6 milliards d’heures de vidéos vues par mois.

300 heures de vidéos ajoutées par minute.

3ème site le plus visité au monde

Disponible en 61 langues.

En moyenne, un utilisateur regarde 96 vidéos par mois.

Youtube : une plateforme participative.

Youtube, pour ceux qui ne connaitraient pas (???) est une plateforme de vidéo gratuite créée aux USA en février 2005 par trois ex-employés de PayPal : Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim. Le siège social se trouve en Californie et la firme fut rachetée en 2006 par le géant Google pour la modique somme de 1, 65 milliards de dollars. Youtube permet de visionner et partager des vidéos et fait désormais partie de notre paysage médiatique moderne. Cette plateforme a su se faire une place dans les usages de la pop culture en encourageant la participation des utilisateurs, la créativité et le détournement. Youtube permet à chacun de partager du contenu. Certaines vidéos deviennent alors virales, faisant émerger un nouveau profil médiatique : les Youtubers, des anonymes plébiscités par la foule d’internautes pour leur créativité dans une ère qui marque la fin de l’hégémonie télévisuelle.

Une nouvelle culture Youtube.

Comment Youtube est-il devenu en quelques années un incontournable du web en entrant dans nos habitudes (voir, nos réflexes) de navigation ? L’interface est attractive et surtout, Youtube n’impose aucune limite de nombre de publication par l’utilisateur. En comportant les fonctions d’un réseau social, la plateforme favorise les interactions et les partages. Youtube a su imposer son mode de consommation, ses stars, ses hits, allant jusqu’à faire de certaines vidéos des éléments de référence de la culture mondiale. On assiste à une circulation des produits culturels qui échappent aux règles de l’industrie. Ne soyons pourtant pas dupes, les lois du marché reprennent vite leurs droits avec la publicité et la rémunération des Youtubers les plus influents. Néanmoins, la grande majorité des vidéos n’est pas sponsorisée. Si certains vivent de leurs vidéos, ils restent minoritaires.

Une culture mondiale et la création de micro-communautés

Youtube permet le rassemblement des internautes autours de leurs centres d’intérêts communs et favorise la création de communautés. Une connexion sociale s’opère autour du contenu. Youtube rend visible des micro-cultures, des communautés très spécifiques avec leurs propres références, hiérarchies, valeurs, normes, pratiques… etc (pour exagérer : les collectionneurs de canards en faïence du Limousin par exemple) Les vidéos populaires sur Youtube ne sont pas celle présentant une image de qualité ou de grandes spécificités techniques. Youtube est un lieu de divertissement et les vidéos comptant le plus de vues ont un potentiel comique, affectif, étonnant ou détonnant. En bref, la qualité de la vidéo en elle-même n’a pas d’influence sur son impact. Le volume incommensurable de vidéos a fait de Youtube une référence, sorte d’immense vidéothèque mondiale. Et pourtant, cette hégémonie est mise à mal par Facebook depuis quelques années.

Youtube, un produit du Web 2.0.

En permettant à tout à chacun de publier des vidéos, Youtube a modifié profondément le système de production de contenu culturel et les habitudes de consommation. Ainsi, Youtube apparaît comme un pur produit du Web 2.0 puisque les consommateurs sont des créateurs en puissance. La hiérarchie culturelle est bouleversée. Dans une idéologie Do It Yourself, il s’agit de valoriser le potentiel créatif des amateurs. Toute personne ayant des bases en informatique peut s’inscrire dans la mouvance de la culture web et apporter sa pierre à l’édifice. L’audience n’est plus « passive » comme c’est le cas avec la télévision, mais produit, diffuse et plébiscite du contenu. Cette reconnaissance par l’audience entraine de facto une course à la visibilité entrée dans les mœurs de la Génération Y (les digital natives, ceux pour qui un smartphone est un objet aussi banal qu’une brosse à dent). Cette nouvelle dynamique sociale bouscule la frontière entre public et privé, poussant à exposer l’intime, à témoigner de son vécu.

La démocratisation de la production culturelle est rendu possible par le Web 2.0. , le haut débit, le perfectionnement des smartphones, et l’accès du grand public à des logiciels d’édition de vidéos. Chacun de ces aspects interagissant avec les autres en interdépendance. Réaliser des vidéos est devenu une activité populaire (la preuve en est avec Snapchat et Vine qui profitent de cette tendance). Les moyens de production et de diffusion ne sont plus détenus exclusivement par l’industrie cinématographique ou télévisuelle. Il en est d’ailleurs de même avec la publication de textes (sur les blogs) et de musique (sur un SoundCloud par exemple). La vidéo est devenue un media communicationnel du quotidien. Comment était la vie avant Youtube ? C’est à se demander.  Youtube est l’épicentre de la culture participative mais il n’en est pas l’origine pour autant. De nombreuses communautés produisaient et diffusaient du contenu bien avant cette plateforme. Par exemple, les fanzines, la musique grunge, le cinéma de série Z… qui sont dans l’esprit DIY mais étaient condamnées à rester très underground par manque de moyen de visibilité.

Un modèle qui a su s’imposer

La communication proposée par Youtube est mondialisée et asynchrone. L’intérêt de voir les vidéos réalisées par des internautes lambda qui nous ressemblent, des personnes de tous les jours qui filment leur chat avec leur smartphones. Toutefois les vidéos Youtube sont désormais reprises par la télévision, notamment par des émissions de zapping ou par les chaînes d’information. Les médias traditionnels donnent aux vidéos amateurs leurs lettres de noblesses. Inversement, les internautes intègrent à leurs vidéos des extraits de publicités, d’émissions, de séries, de films, de clips, foulant au pied les notions de copyright et de droits d’auteurs, détournant les éléments de la culture de masse. Les vidéos Youtube sont d’une grande diversité, toutes les catégories socioculturelles sont représentées, de Mozart à Eminem, de la conférence de l’ONU à la dernière blague de Norman. La hiérarchie culturelle est débarrassée de tout a priori.

 

 

Youtube a changé le monde en amenant des millions de vues à des productions d’amateurs. On assiste à l’avènement d’un nouveau contexte de circulation et de réception. Selon Ethan Zuckerman, une plateforme suffisamment puissante pour permettre la diffusion de photos de chatons mignons à échelle mondiale est en mesure  de changer le monde lorsque les circonstances l’exigent. « Les gens ont appris comment produire, diffuser et partager du contenu. La suite ne dépend que de nous. » Pour exemple, l’influence des vidéos diffusées sur Youtube lors des révoltes dites du « Printemps Arabe ». Il semble complexe de mesurer les possibilités infinies d’un réseau multidirectionnel et polyphonique composé de millions de vidéos qui se recoupent entre-elles.

 

Sources :

Watching Youtube. Extraordinary Videos by Ordinary People. Michael Strangelove.

What Happened Before Youtube. Henry Jenkins.

Youtube, Online Video and Participative Culture. J.Burges & J.Green.

 

À propos de Iakaa

Mascotte
N°1 de l’assistance informatique à distance. Lenteur, virus, spams … ? Iakaa vous assiste immédiatement et à distance !
N'attendez plus le déplacement d'un technicien, avec Iakaa c'est maintenant et sans effort.
Besoin d'une assistance informatique ?
Ayez le réflexe Iakaa !

Demander une assistance
Partager sur

Partagez cet article !

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le avec vos amis !